Étude: «L'exposition à la naissance peut augmenter le risque d'asthme»

Exposition à ozone (O3) – un polluant atmosphérique commun – à la naissance une nouvelle étude suggère que cela pourrait augmenter le risque de développer de l'asthme avant l'âge de trois ans.

L'étude, présentée lors de la Conférence internationale 2018 de l'American Thoracic Society, a montré que 31% des participants souffraient d'asthme, 42% avaient rhinite allergique et 76% eczéma.

"Nos résultats montrent que les taux de risque d'ozone mesurés à la naissance en tant que polluant unique présentaient des risques statistiquement significatifs plus élevés de développer l'asthme, la rhinite allergique et l'eczéma", explique l'auteure principale du Hospital for Sick Children. au Canada.

L'étude a également révélé que 82% plus de risque de développer de l'asthme était associé à chaque 10 parties par milliard (ppb), ou ppb augmentation de l'exposition à l'ozone à la naissance.

Pour l'étude, 1 881 enfants ont été recrutés et suivis de la naissance à 17 ans en moyenne.

Selon les chercheurs, les enfants courent un risque plus élevé parce que leurs poumons et d'autres organes respiratoires sont plus petits et passent plus de temps à faire des activités physiques à l'extérieur qui leur permettent de respirer plus rapidement et plus profondément.

L'équipe de recherche a pris des concentrations moyennes annuelles de polluants à partir de stations de surveillance fixes.

Le développement de l'asthme, de la rhinite allergique et de l'eczéma a été déterminé à partir des registres des services de santé utilisés pour ces affections. Plus tôt, certaines études ont montré que l'ozone épuise l'activité antioxydante et augmente les indications d'inflammation dans la muqueuse des voies respiratoires et affecte la croissance des poumons.

Lire Aussi:  Directives de yoga pour les diabétiques

"La pollution de l'air n'est pas seulement l'un des problèmes de quelques pays, mais plutôt un problème de santé publique mondial", a déclaré M. To, également professeur à l'Université de Toronto.

"Bien qu'il existe des actions individuelles que l'on peut envisager pour réduire l'exposition aux polluants atmosphériques, elle nécessite également une action de la part des autorités publiques aux niveaux national, régional et international", a-t-elle noté.

Source: IANS
Source d'image: Shutterstock

    

Publié: 21 Mai, 2018 6:27 pm

        
            
        
        

Source

Tags: